Les frontières des différents pays du monde se sont façonnées au même rythme que les relations ont évolué entre les différents peuples. Ainsi, le tracé des limites administratives que l’on cartographie aujourd’hui s’explique notamment par la politique et la diplomatie, certes, mais aussi par le rôle qu’ont joué les différents peuples dans la colonisation de certaines régions du monde. Il est d’ailleurs intéressant de se poser la question: à quoi ressemblerait l’échiquier mondial si ces grands bouleversements ne s’étaient pas produits? Avec le continent africain à titre d’exemple, l’artiste suédois Nikolaj Cyon tente d’y répondre.

À quoi ressemblerait l’Afrique si l’Europe n’était pas devenue une puissance colonisatrice? En remontant le cours de l’histoire et en établissant une toute nouvelle ligne du temps, Nikolaj Cyon en propose une cartographie dominée par les royaumes initiaux des différents peuples africains. Suite à l’exercice, aucune des frontières utilisées aujourd’hui – frontières établies lors de la Conférence de Berlin en 1884-1885 et visant à partager le territoire africain entre les nations européennes – ne subsiste.

L’artiste a titré son oeuvre Alkebu-Lan, signifiant «Terre des Noirs» en arabe. Il s’agit d’une appellation fréquemment utilisée pour ceux qui rejettent le nom Afrique, imposé jadis par les Européens. Il la présente également le pôle Sud vers le haut, faisant un pied-de-nez cartographique aux conventions eurocentriques.

Par ailleurs, en ce mois de février 2015, le Canada souligne l’Histoire des Noirs en Amérique du Nord.
Accédez au dossier en ligne proposé par Radio-Canada

 

Alkebu-Lan, et si l'Afrique n'avait pas été coloniséeExtrait d’«Alkebu-Lan», par Nikolaj Cyon
D’après l’article paru dans BigThink