Il y a 100 ans aujourd’hui sombrait le paquebot canadien Empress of Ireland au large de Rimouski, faisant plus de 1 000 morts. Parti de Québec, il devait assurer la liaison vers Liverpool, en Angleterre.

Cent ans après ce qui est considéré comme le plus grand naufrage survenu au Canada, une première étude archéologique ciblée et systématique visant à cartographier l’épave et son champ de débris sera organisée par le Service d’archéologie subaquatique de Parcs Canada.

Comme le rapporte ICI Radio-Canada, une première étape consistera à utiliser des instruments de télédétection sous-marine afin de cartographier la zone entourant l’épave et ainsi pouvoir recréer le fil des événements de la nuit du 29 mai 1914. Par la suite, l’intervention de drones sous-marins téléguidés viendra permettre la cartographie plus précise de certains éléments et débris du navire n’ayant pas pu être étudiés jusqu’ici.

Les recherches devraient se dérouler lors des mois d’été de 2014 et 2015.
Pour en connaître davantage sur cette tragédie, consultez le dossier d’ICI Radio-Canada à cet effet.

 

L'Empress of Ireland cartographiée par des dronesSource des images: Gouvernement du Canada