En étudiant les émotions ressenties par les citadins déambulant dans la ville, des chercheurs de l’Université d’Heidelberg tenteront une approche différente de l’urbanisme conventionnel.

Traditionnellement attentive à l’aménagement des infrastructures, des bâtiments et des espaces, l’approche urbanistique de l’équipe du chercheur allemand Bernd Resch analysera le stress vécu par les utilisateurs de l’espace urbain lors de leurs déplacements. Dans le cadre du Urban Emotions Project, piétons et cyclistes seront équipés de capteurs sensoriels mesurant leur température corporelle et leur fréquence cardiaque, puis seront invités à parcourir un circuit urbain prédéterminé. Les données recueillies par les capteurs permettront une cartographie du stress des participants le long du circuit.

En se connectant directement sur les émotions ressenties par les citadins, les chercheurs pourront notamment isoler certaines portions de routes plus dangereuses sur lesquelles la pulsion cardiaque des cyclistes tend à augmenter. Cette base de données émotionnelle – véritable Big Data du stress – permettra aux chercheurs de se représenter l’espace urbain tel que vécu par ces utilisateurs, et ainsi influencer l’élaboration de futurs aménagements permettant d’accroître leur sentiment de sécurité.

Il y a plusieurs mois, une étude semblable a été réalisée sur le territoire de la ville d’Alexandrie, en Égypte. D’ailleurs, un article scientifique en lien avec cette dernière est disponible en ligne.

 

Cartographie du stress au service de l'aménagement urbainCartographie des points chauds de stress dans le secteur du marché et du Vieux-Alexandrie
Source: Benjamin S. Bergner et al.