Le Québec maritime s’en souviendra plus que quiconque: c’est en décembre 2010 que les plus récentes grandes marées ont eu lieu le long du littoral du Saint-Laurent. Causées par des conditions météorologiques exceptionnelles, elles ont atteint 5,54 mètres de haut à Rimouski, du jamais vu depuis les 100 dernières années, laissant derrière elles des dommages considérables. La hauteur maximale atteinte par la marée est un premier facteur, mais pour David Didier étudiant à la maîtrise en géographie à l’UQAR, la géomorphologie côtière pourrait aussi expliquer pourquoi certains secteurs ont été inondés plus que d’autres il y a 5 ans maintenant.

Il a donc entrepris de cartographier les côtes inondées en 2010 en identifiant les limites et l’altitude des zones de submersion à l’aide de levés Lidar aéroporté et d’un DGPS. Ces mesures ont d’ailleurs été validées par les résidents qu’il tenait à rencontrer: « Rencontrer les citoyens a été une étape capitale pour valider les limites et les particularités de l’inondation et ce, même si nous possédions déjà des photographies de l’évènement réalisés en hélicoptère sur toute la côte. Les marégraphes mesurent le niveau marin maximal qui a été atteint par les marées amplifiées par des facteurs météorologiques, mais ces appareils ne prennent pas en compte le déferlement des vagues sur les côtes, un phénomène qui peut projeter l’eau beaucoup plus haut sur le territoire. Le vrai niveau atteint sur les terrains touchés est par conséquent supérieur, étant sans aucun doute influencé par les caractéristiques locales du milieu », indique-t-il.

Déjà, les premières analyses semblent indiquer qu’outre la hauteur des marées, la largeur et la pente de la zone intertidale influencent grandement le risque de submersion.

Monsieur Didier a également publié un article scientifique en lien avec cette étude: Coastal Flood Assesment Based on Field Debris Measurements and Wave Runup Empirical Model.

Pour comprendre le phénomène des grandes marées, visionnez l’émission Découverte du 30 janvier 2011.

 

grandesmaréesCrédit photo: ici.radio-canada.ca
Source de l’article: Bulletin UQAR-Info