Il y a un bon moment déjà que les géants de l’informatique – Google en tête – tentent d’améliorer la cartographie numérique des favelas brésiliennes. Or, il aura fallu une initiative locale pour que ce soit chose faite.

«Favela» est le nom donné aux bidonvilles brésiliens, ces quartiers pauvres situés sur des terrains occupés illégalement, et donc dépourvus d’infrastructures publiques, de services municipaux… et d’un système conventionnel de rues et d’adresses.

Il suffit de naviguer au travers ces tunnels et allées sous-jacentes à des bâtiments densément construits pour se rendre compte de l’inutilité de l’imagerie aérienne dans le cadre d’un projet de cartographie de ces secteurs. Un grand défi donc pour celui voulant en décrire le dédale.

Dans le quartier Rocinha de Rio de Janeiro, la compagnie de livraison postale Friendly Mailman s’en est chargée. Devant parcourir ce quartier quotidiennement pour assurer la livraison des lettres et colis de ces quelques 70 000 habitants, les employés ont conçu une méthode manuscrite basée sur des algorithmes logiques pour élaborer d’abord une «cartographie des adresses virtuelles» de Rocinha. L’idée est à ce point complexe que selon le propriétaire, «personne n’arriverait à comprendre la carte sans qu’on ne lui explique».

Cet exercice a cependant pu permettre la réalisation d’une véritable carte du réseau d’allées et d’escaliers de la favela, permettant une livraison efficace des lettres et colis à ces habitants… et suscitant l’intérêt de Google pour acquérir le produit final!

Pour de plus amples informations, lisez l’entrevue accordée à Motherboard par Carlos Pedro, propriétaire de Friendly Mailman.

 

Un service de livraison postal brésilien réussit là où Google Maps a échouéCarlos Pedro, propriétaire de Friendly Mailman.
Photo: Matias Maxx. Source: Motherboard.vice.com